Actualités

Actualités

Une Murder Party pour comprendre le S&OP

1er Janvier 2011 : panique chez WorseFoods, dont le Président, Bill TOLLIKSON vient de recevoir une lettre de son client principal Mercatou, l'informant que sa société était déréférencée en Allemagne, pour un niveau régulièrement épouvantable de qualité de service. Mercatou menace de déréférencer WorseFoods dans toute l’Europe, si sa Direction ne démontre pas qu’elle a un plan de redressement sérieux pour atteindre rapidement un niveau de service décent.

 

WorseFoods, est le leader européen des légumes en conserve. Mercatou représente 30% du chiffre d'affaires de WorseFoods en Europe (dont 10% sont déjà perdus avec le déréférencement en Allemagne) c’est pourquoi Bill TOLLIKSON a convoqué immédiatement son comité de direction pour clarifier la situation, afin de savoir :

 

1.         Que s'est-il produit en Allemagne qui a courroucé Mercatou ?

2.         Quels sont les 7 piliers du S&OP, qui permettent d’améliorer rapidement le taux de service ?

 

Autour de Bill TOLLIKSON sont réunis :

 

  •  
    • Jon ASGRIMSSON, directeur informatique
    • Lars BERGMAN, directeur de financier
    • Janos BIRO, directeur des achats
    • Carlos GONZALES, directeur Supply Chain
    • Manfred JENDGES, directeur industriel
    • Boris KORSAKOV, directeur de la restauration hors foyer
    • Michel LEDOUX, directeur des ressources humaines
    • Giuseppe MAGLIORI, directeur de la recherche et développement
    • John REDMOND, directeur commercial
    • Hubert de VILLE HARDOUIN, directeur de la stratégie
    • George XENAKIS, directeur marketing
24-12-2014

Actualités

Une Murder Party pour comprendre le S&OP

1er Janvier 2011 : panique chez WorseFoods, dont le Président, Bill TOLLIKSON vient de recevoir une lettre de son client principal Mercatou, l'informant que sa société était déréférencée en Allemagne, pour un niveau régulièrement épouvantable de qual...

24-12-2014

Nous contacter

Askeo
7 rue Chateaubriand
75008 PARIS

info@askeo.fr
Tél : 06 48 75 86 57

Le jeu est un moyen d’employer l’énergie superflue, une sorte de soupape de la jeunesse